Eberlué par le film Soy Cuba et ses plans complètement époustouflants, j'ai décidé de creuser dans la filmographie du réalisateur soviétique Mikhaïl Kalatozov. Et je n'ai pas été déçu. Lauréat de la Palme d'Or en 1958, Quand Passent les Cigognes
est une perle du cinéma soviétique.
 
La belle Tatiana Samoilova interprète Veronika. Follement amoureuse de Boris, elle doit le laisser partir à la guerre. Loin de lui et sans aucune nouvelles de son fiancé, elle épouse Mark, le cousin de Boris. Mais elle ne peut oublier son amour perdu...
 
Film triste et émouvant, Quand passent les cigognes révèle l'éblouissante virtuosité de la caméra de Mikhail Kalatozov, confirmée dans un Soy Cuba dont je ne me remets toujours pas. Les visages sont filmés de près, les scènes de foule de très haut, l'impact sur le spectateur est vertigineux. La forme souligne le fond et exacerbe les sentiments. Depuis Citizen Kane et peut être David Fincher, je n'avais pas été autant ébloui par la caméra d'un réalisateur.
 
En bref, cinéphiles avertis que vous êtes, je vous recommande cette perle surannée, de celle qui peuvent changer votre vie de cinéphile! :D