- "Troie" : quand Hollywood adapte l'Iliade, on peut craindre le pire. Mais l'esprit est là et malgré un Brad Pitt bodybuildé, les péripéties d'Achille, Ulysse, Hector and Co ...gardent ce magnétisme antique et viscéral. Un moment de ciné détente et paillettes. A revoir sans culpabilité et avec toujours autant de passion. Bref, tout ce que le dernier Supernaze ne sera jamais.

- "Despicable me": le tome 2 a fait un carton aux states, ma future cousine a donc insisté pour que je me fasse une religion, pour passer en somme un joyeux moment de détente estivale. J'ai vu, j'ai parfois souri, rarement ri... le formatage a ses limites, la preuve en est que tous ces dessins animés super bien faits et magistralement mis en image devraient changer d'écurie de scénaristes. Dans le genre cartoon au ciné, je conseille plutôt "Chico et Rita".

- "Total recall": alors, je parle ici du remake avec Colin Farell et pas du must original avec Schwartzie. Autant le premier était complètement barré, hallucinatoire, le genre de truc qu'on ne ferait plus aujourd'hui, autant ce remake est... morne et maussade. De l'action, des super effets spéciaux mais un scénariste dans les choux, des dialogues cramoisis ("Ca va? Ouais. Bien dormi? pas mal, juste un rêve bizarre.." mais WTF???). Rendez nous Paul Verhoeven!

- "Salo ou les 120 jours de Sodome": hum... bon... cachez les enfants et n'oubliez pas que Pasolini était un réalisateur radical. Adapter Sade est une gageure en soi et Paolo s'en sort très bien. Tellement bien que le malaise est permanent, les images souvent insoutenables et les propos régulièrement scandaleux. Auteur radical (il a passé de nombreuses années en taule), cinéaste tout aussi radical (jusqu'à sa mort violente peu après ce film), film radical. Je vous aurai prévenu. Je voulais le montrer à ma collaboratrice tout en ayant juré les grands dieux de ne jamais le revoir une troisième fois. Commentaire à chaud "mmmmh... c'est extrême...". Pas mieux.

- "The Dark Knight': sorte de madeleine personnelle, je ne me lasse pas de revoir ce monument hyper stylisé et superbement scénarisé, qui est tout ce que ne seront jamais les blockbusters actuels. Aaaaaahahah... how about a magic trick?

- "Stardust memories": Woody Allen tourna en 1980 ce film barré en noir et blanc, sur les vicissitudes du succès. Film sans queue ni tête, un peu fatigant à force de n'importe quoi. Mais restent Charlotte Rampling et Marie Christine Barrault, sublimées comme seul un grand réalisateur sait sublimer ses actrices. Des moments uniques, mais migraine juste après.

- "Kingdom of Heaven": découverte de la semaine, cette évocation cruelle et sordide du temps des croisades contient tous les éléments pour en faire un échec. Le tableau fouillé d'une époque, des personnages bien loin des formats actuels, une quête de soi aride et sans beaucoup d'effets spéciaux. Et au final, un film fort et dur à la fois. Parfois beau. Je recommande.

Écrire commentaire

Commentaires : 0