Aaaaah, nostalgie. Je devais avoir 10 ans au premier visionnage, et je n'avais pas saisi toutes les subtilités de ce film franchouillard, agréable, comique et indémodable. Michel Serrault, Michel Galabru, Ugo Tognazzi, Rosy Varte, Claude Brasseur, un tout jeune Gérard Depardieu, Jean Carmet, la liste n'est pas exhaustive et rend mémoire à une époque où on savait rigoler. La séance de ce lundi soir m'a remis les choses dans la tête, et une pensée m'a assailli: dieu que c'est bon! A l'instar d'un "Tontons Flingueurs", le rire est roi.

 

-----

 

1903. Louis Martinet va bientôt passer l'arme à gauche selon son médecin, Léon Galipeau. Afin de soulager le pauvre diable, le peu scrupuleux Galipeau fait souscrire un viager au mourant au bénéfice de son propre frère Emile Galipeau. Vont suivre 60 ans de turpitudes pour les pauvres Galipeau, le vieux Martinet n'en finissant pas de revivre joyeusement...

 

--

 

Sommet de la comédie française, ce film de 1972 n'en finit pas de repasser années après années, et je dois dire que j'ai une certaine tendresse pour cette histoire de fatalité croquignolesque. Le toujours impeccable Michel Serrault s'en donne à cœur joie dans ce rôle de grabataire naïf et jovial qui voue un amour inconsidéré pour une famille qui ne rêve que de le voir enterré.

 

La cohorte des disparus fait mal au cœur, tout comme celle des déjà plus très jeunes. Une génération entière de comiques rivalise d'astuces devant la caméra d'un Pierre Tchérnia qui a dû lui même bien rire. Les réparties mythiques s'enchainent au rythme d'un fusil mitrailleur ("Faites-moi confiaaaance", "Oh, mes amiiiis") et l'ennui ne guette absolument jamais tant le rythme est soutenu voire survolté.

 

Un tout jeune Gérard Depardieu apparait dans un de ses premiers rôles, et je ne sais pas pour vous, mais moi, je trouve ce film rafraichissant, délicieusement cruel et suprêmement drôle. Pas le film du siècle, loin de là, mais une comédie qui remplit plus que son office. Une tranche de vie, un polaroïd de l'histoire de France, le reflet d’une génération que les moins de 20 ans ignoreront bientôt.

 

---

 

Note: 3.5/5, inimitable, cruel, drôle. Férocement drôle.

Écrire commentaire

Commentaires : 0