Pitch et avis: a vu "Warm Bodies", film US de Jonathan Levine, où on apprend que les zombies peuvent recouvrer leur humanité en éprouvant ces sentiments très humains, l'amour, l'empathie, note: 1,5/5: c'est peu de dire que ce film est avant tout un teen movie amélioré avec des scènes réellement fun sur les pensées secrètes de zombies. Mais ça reste assez limité.

-------

Résumé: L'humanité a été touchée par un virus qui a réduit la grande majorité des gens en zombies, ou en Bonies (genre de super zombies). Toute l'humanité? Non, un village résiste encore et toujours. Durant une escapade en terre zombie, Julie tombe sur une bande de zombies qui décime ses camarades. Mais l'un d'eux, R, est touché par la beauté de la belle. Et il se met à ressentir. A rêver. A se souvenir. Le virus serait-il guérissable? La jeune Julie va tout faire pour convaincre son père de ne pas tuer les zombies, en voie de guérison.

---

Une fois de plus, une Bande annonce tentante, laissant entrevoir un film à mi-chemin entre Walking Dead et "Roméo et Juliette", principe fun et intéressant. Seulement, la plupart des scènes comiques sont justement dans la bande annonce, et le reste est bieeeeen mièvre. Je me demande combien a du toucher John Malkovich pour apparaître dans ce film.

On apprend quand même que les zombies pensent, se nourrissent de cervelles (ça, on le savait), et semblent ressentir l'ignominie de leur condition. Se déplacer à 2 à l'heure, attaquer des humains, c'est de l'ordre de la nature de zombies, et ils en sont avant tout contraints. Pour survivre. 

Mais les zombies peuvent aussi tomber amoureux, pour peu que la nana soit blonde, attirante, bien fichue, avec un sourire d'ange. Non, ce n'est pas caricatural du tout. C'est juste un teen movie, après tout.

Peu d'intérêt à revenir sur le gout du Zombie pour Dylan, je soulignerai quand même la loooongueur du film, le peu de scènes marquantes (toutes présentes dans la bande annonce). C'est quand même meilleur q'un teen movie, ça me rappelais au mieux le premier Scary Movie, en moins drôle.

--

Pas grand chose à sauver ici. Je me contenterai de maudire les concepteurs d'aussi bonnes bandes annonces, ils font bien leur job.