a vu le décevant "Un homme très recherché" (2/5) et le surprenant "L'institutrice" (2,5/5).

Un article lu sur l'adaptation du livre de John Le Carré clamait que le film était l'adaptation ultime d'un ouvrage du génial romancier, j'étais donc curieux de découvrir ce qui pouvait être meilleur que "La Taupe". A posteriori, je ne vois même pas comment comparer les deux. Là où "La Taupe" était mystérieux, tendu, fascinant, "Un homme très recherché" ne vaut que pour la performancedu regretté et charismatique Philip Seymour Hoffman. Pas d'énergie, beaucoup de longueurs, un suspens très mou, vraiment pas de comparaison...

"L'institutrice" est une surprise. Ce récit d'une prof de maternelle fascinée par un bambin de 5 ans prodige de la poésie commence doucement. Et puis la mayonnaise prend, on la sent perdre pied, remettre en cause son existence, tenter la libération des moeurs et de l'esprit. Jusqu'au drame final. Le petit acteur est surprenant de justesse, l'actrice s'enfonce avec force dans un tourment personnel. Quelques longueurs et une fin un peu longue, mais une histoire imprimée dans l'esprit, et à laquelle je repenserai certainement quelques jours. C'est un signe!

Écrire commentaire

Commentaires : 0