a vu "The Homesman" (4,5/5). Curiosité que ce western crépusculaire dans la droite lignée d'un "Impitoyable" dans toutes les mémoires. Pas de happy end dans cette sinistre odyssée entre le Nebraska et l'Iowa. Les Etats-unis se sont construits sur un tas de cadavre, ce film en est l'ultime évocation. Le vieux renard Tommy Lee Jones s'en donne à coeur joie, cabotant à l'envie et tirant la couverture à lui. Première heure longue et aride, et puis, de fil en aiguille, le film décolle pour atteindre les étoiles. Ca vaut le coup de patienter, le dénouement est juste magistral. Prix d'interprétation pour Tommy Lee? Oui, je parie dessus.

1854, l'Amérique est encore en plein défrichement. Dans une bourgade perdue du Nebraska, un révérend décide de faire emmener trois femmes ayant perdu la raison dans un lieu de repos. Mary Bee Cuddy se dévoue, en femme forte et indépendante. Mais la route vers l’Iowa sera un long calcaire parsemé d'embuches où Mary Bee rencontre George Briggs, rustre filou à moitié vagabond. Leur association offrira bien des turpitudes...

Une belle claque que cette mise en abime du western. Pas de cowboys qui roulent des mécaniques ou de belles cheyennes à moitiés vêtues. Juste des pionniers minés par le doute qui luttent pour leur survie. Le ton employé est lugubre à souhait. Sous le soleil du Midwest, point de salut. Entre les brigands avides de chaire fraiche, les indiens dépeints comme des sauvages sanguinaires et le tout venant rustre à souhait, la vie au soleil sent le roussi.

Tommy Lee Jones choisit délibérément l'option Fin du monde pour offrir un spectacle d'abord un peu (trop) aride qui s'élève vers la grâce tout au long du chemin. Limite, je serais sorti de la salle au bout d'une heure sans ma patience légendaire. Mais la deuxième heure vaut vraiment le coup d'oeil. Que de surprises... et de cadavres... Quand on pense aux lolitas US qui pavent les teen movies actuels, on prend une grande claque dans la gueule. Les pionniers étaient des héros maudits, luttant perpétuellement contre les éléments.

 

Ce genre de film met en perspective une histoire mal connue et offerte en pâture aux spectateurs du monde entier. John Wayne était un exemple parcellaire, la vérité est beaucoup plus rebutante qu'il n'y parait. Merci Tommy Lee, votre film est une belle claque. La palme je ne pense pas, mais un prix c'est sûr à 100%!

Écrire commentaire

Commentaires : 0