a vu "The Grandmaster".

Note: 2/5

Pitch et avis: Absent des écrans depuis trop longtemps, Wong Kar-Wai se réinvente une fois de plus mais peine à trouver l'équilibre. L'alternance de fantasmagorie Kung-Fu du côté de Matrix, de fresque historique teinté de "Lotus Bleu" et de love story très "In the Mood for love" accouche d'un mélange tantôt foutrarque tantôt hypnotique, mais jamais vraiment harmonieux. Des moments de magie, mais des rires dans la salle. La balance entre mag...nétisme et ridicule est ténue, peut être un peu trop.

-------

Résumé: Chine d'avant WWII. La tradition du Kung-Fu doit se perpétuer à un moment charnière. Le grand maitre Baosen doit désigner son successeur. Sa propre fille Gong Re (Zhang Yizi), un personnage discret mais invincible Ip Man (Tony Leung) et un disciple belliqueux, Ma San, vont se croiser, se haïr, s'aimer, alors que la guerre se déclenche.

---

Ambition démesurée, certes louable, mais un tantinet pathétique que de réaliser un kaléidoscope si complexe de genres multiples se chevauchant sans fin. Constamment à la limite entre pose artistique et caricature, le film se perd dans les méandres de l'esprit torturé de son réalisateur visionnaire. Les spectateurs fans de Kung-Fu, de passion silencieuse et de petites histoires enchâssées dans la grande ont peine à s'assimiler, laissant chacun d'eux circonspect et pour tout dire déçus. "Tigres et dragons" reste inégalable dans mon esprit, car moins ambitieux niveau Kung-Fu, plus linéaire et finalement plus dramatique et empathique.

Rien à dire sur les chorégraphies de combats, millimétrées, fantasques et absolument cinématographiques. Voire parfois poétiques. Les personnages invincibles se succèdent, sans toujours persuader le spectateur éberlué de la pertinence de ces feux d'artifice. Un peu comme un Hulk vs Superman vs Batman. Qui est le plus fort? La question n'est pas là, évidemment, mais l'hypothèse même étant fallacieuse, se retrouver face à elle crée un malaise. Persistant, une grande partie du film. Ca ne mène à rien, c'est stérile.
 

Restent des scènes magiques, celles de l'histoire d'amour jamais vécue et toujours imaginée entre Gong Re et Ip Man. Un "ITMFL" ressuscité, chorégraphié, qui au final se serait suffit à lui même. Le reste aurait pu donner un 2nd film. Pour les fans de baston, qui auraient été plus que conquis.

--

Bruce Lee peut dormir tranquille dans sa tombe. Les effets spéciaux rendent le tout onirique mais pas réaliste pour un sou. Et pour l'histoire d'amour, je vous renvoie vers "A la Merveille", pas beaucoup plus bavard, mais tellement plus cohérent. Un coup dans l'eau, esthétique, mais trop borderline, oscillant entre Kung Fu Panda et L'arme fatale 4. Pas cool.