a vu "States of Grace" (2,5/5). L'étiquette "Film indépendant US" commence à perdre de son attrait. Les films fauchés au propos différent se suivent et se ressemblent. 500 jours ensemble, Les bêtes du sud sauvage, Le monde de Charlie, Sideways... le ton est le même, les personnages sont paumés, avec des histoires tristes à pleurer... mais la répétition des tentatives cinématographiques fait tourner ce beau monde en rond. J'aurais facilement pu mettre 4/5 à ce film mais la réminiscence de tant de films m'a un peu pris le chou.

Grace est une éducatrice dans un centre pour mineurs défavorisés. Avec son collègue/boyfriend Mason, elle dirige une petite équipe pour tenter d'apporter des réponses à ces adolescents déboussolés. A coup de bonne humeur et de pragmatisme, Grace jongle avec sa vie perso. L'arrivée d'une adolescente tourmentée va changer sa vie et faire ressortir les démons enfouis...

Histoire touchante, simple et directe, tous les signes distinctifs du cinéma US indépendant. OUI MAIS c'est du déjà vu. Les traumatismes d'enfance, je suis d'accord c'est dur, c'est un sujet hautement cinématographique mais n'est-ce pas un peu éculé? Pour un tel sujet, c'est dur à dire, mais ce film n'apporte rien. Peut-être en ai-je trop vu et que ça plaira à ceux pour qui ce point de vu est nouveau...

Le parti pris ultra-réaliste, avec des histoires touchantes et un fil rouge non sans sensibilité accroche... ou pas. Je devrais me regarder une dizaine de blockbusters pour m'épurer l'esprit... Personnages attachants, avec la révélation Brie Larson, des images fortes et touchantes... mais bon, celui-là aurait pu passer, mais non. Ca arrive, ce n'est pas rédhibitoire, c'est juste un moment à passer 

Écrire commentaire

Commentaires : 0