« Real »  (2/5) est un film japonais mâtiné de SF réaliste près de l’univers manga. Kiyoshi Kurosawa y livre une réflexion intéressante sur la frontière floue entre illusion et réalité, avec en plus un travail sur la mémoire pour un résultat finalement non assumé. A trop brouiller les pistes, Kurosawa s’emmêle les pinceaux et reste en deçà de ce qu’un tel sujet aurait pu apporter.

 

Atsumi est une dessinatrice de mangas plongée dans un profond coma suite à son suicidé raté. Son boyfriend Koichi est choisi par le corps médical pour aller la visiter dans son sommeil via un procédé révolutionnaire. L’interaction entre les deux amène de nouveaux questionnements et parvient difficilement à réveiller Atsumi. Koichi réussira-t-il à sauver son amie ?

 

 Situé dans un futur pas si lointain et très actuel, « Real » choisit de jouer la partition d’un réalisme ambigu. Le quotidien de Koichi se mêle à ses visites rêvées, seul moyen de communiquer avec la belle endormie. Les pistes se brouillent très vite, lui-même a de plus en plus de difficultés à discerner les deux, des fantômes lui apparaissent en plein jour… mais quel jour ? Le vrai ou le faux ?

 

Les deux acteurs baignent dans un univers blafard, entre appartement commun et île de leur enfance, tout les ramène à des évènements oubliés, cachés au plus profond de leur inconscient. Mais là se situe la clé. La barque est irrémédiablement ramenée vers le passé, comme toujours…

 

En restant scotché au sol, le film n’atteint pas les sommets attendus. A trop choisir un réalisme sans vraie envergure, les 2h07 de films passent lentement, très lentement. Ici, la SF n’est qu’un moyen, pas une fin, et il est difficile de conserver des images marquantes du film.

Écrire commentaire

Commentaires : 0