Pitch et avis: a vu "Queen of Montreuil", film français de Solveig Anspach, belle comédie douce-amère au ton parfois grave mais jamais plombant, note: 3,5/5: belle réussite qui donne envie d'habiter Montreuil, une fable moderne sur la meilleure manière d'ouvrir ses yeux et de regarder le monde.

-------

Résumé: Agathe est de retour en France, à Montreuil, avec les cendres de son mari décédé inopinément. Son travail de deuil débute brutalement, et elle n'arrive pas à finaliser le documentaire attendu fissa par son producteur. Mais la vie prend un tour insolite quand arrivent à son domicile un couple d’islandais, une otarie, et qu'un voisin lui ouvre son coeur. Le deuil, au lieu de l'enfoncer, va lui ouvrir de nouvelles perspectives.

---

Rafraichissant comme un Diabolo Menthe frais à une terrasse en été, cette reine de Montreuil est une surprise totale. Loin des clichés récurrents de la comédie française douce-amère (regards perdus, injures ininterrompues, ton maternaliste, angélisme à deux balles), cette comédie est au contraire d'une sensibilité touchante, voire confondante.

Le secret se trouve dans le renversement de perspectives. Ce n'est guère plus l'héroïne attristée que l'on suit à la trace, mais aussi ses invités islandais, surpris comme jamais par les moeurs et la mentalité française. On prend un cours de recul d'une efficacité redoutable, et les graffitis sur les murs ainsi que le melting-pot culturel ne sont plus vécus comme une plaie, mais comme un quotidien dont il faut savoir s'abreuver de la richesse.

Point de vue un peu inédit, surprenant, dont on est pas obligé de souscrire, mais qui au moins, le temps du film, modifie les perspectives. Les détails additionnels, l'importance esthétique de la moustache, l'adoption (in)volontaire d'une otarie comme animal de compagnie, les grues comme éléments fondateurs d'un paysage urbain, rajoutent à l'incongruité d'une situation loin d'être abracadabrante, mais suffisamment insolite pour capter l'attention. Le rythme, les personnages, les scénettes, tout est parfait et fait se réjouir le spectateur ébahi.

--

A l'heure d'un triomphe critique pour le dernier Bacri/Jaoui (voir critique sur le blog), il est heureux de voir un renouvellement bienvenu et salvateur dans la comédie française. Tout n'est pas perdu, la sclérose guette mais n'est pas irrémédiable. La relève est là, et notre petite reine sauve la patrie. C'est inattendu. Et ça donne la pêche.