a vu "Pieta".

Pitch et avis: film coup de poing de la semaine, coréen de Kim Ki-duk. Malsain, amoral, violent, radical, parfois excessif, qui ne peut pas laisser indifférent. Scénario tortueux comme un serpent venimeux.

Note: 3/5. Si vous voulez passer un moment très inconfortable sans pouvoir pour autant enlever les yeux de l'écran, ce film est fait pour vous.

-------

Résumé: Kang do est un recouvreur de dettes aux méthodes brutales, n'hésitant pas à menacer ou amputer l...es récalcitrants. Aucun sentiment ne l'étreint depuis son abandon à la naissance. C'est alors qu'une femme surgit dans sa vie, se désignant comme sa mère. D'abord suspicieux, Kang do se laisse peut à peu attendrir. Lorsqu'elle disparait, Kang do la recherche en rendant visite à ses victimes, et réalisant l'horreur de ses missions passées...

---

Sur la base de critiques glanées de ci de là, une évidence s'est fait jour. Les critiques détestaient ou adoraient ce film. Lion d'or à Venise, mérité pour certains, honteux pour d'autres, la controverse attirait mon attention. La hauteur des panégyriques et la profondeur des dégouts ne pouvaient que me pousser à voir l'objet du délit.

Et je n'ai pas été déçu. Pesant, inconfortable, excessif, ce véritable fruit empoissonné cinématographique gratte encore bien après la projection. Plongée dans les bas fonds de Séoul, au cœur d'un quasi bidonville promis à la destruction prochaine, l'histoire navigue entre petits ateliers décrépits, hantés de manœuvres asservis par la rudesse économique, et des ruelles tortueuses jonchées de détritus. Les personnes y subsistant semblent abandonnées de tous, à la merci d'usuriers retors et à cheval sur les délais de remboursement. Lorsque ces pauvres âmes n'arrivent pas à honorer leurs créances, un Tang do lessivé par la vie et sans une once d'humanité vient réclamer son dû, et malheur à ceux qui le supplient pour une semaine de délai supplémentaire.

Le film tourne sur la personnalité atrabilaire de Tang do. D'abord reclus au fond de sa déshumanité, dont des images quasi insoutenables nous narrent les extrémités sans pitié, le personnage se transforme en petit garçon au contact d'une mère retrouvée. Mais les sévices infligés à la fange d'une société qui a oubliés les plus démunis rattraperont Tang do. La mère en est une? Pour de vrai? Le suspense est à son comble et la chute sera d'autant plus brutale que Tang do sait qu'aucun pardon ne lui sera accordé dans ce monde.

Parfois film punition infligée à des spectateurs un peu masos, son scénario finira par le sauver de la lapidation, car radical, jusqu'au bout. Et c'est cette radicalité qui rendra son humanité à ce film bien plus subtile qu'il n'y parait.

--

A voir ou pas, je ne force personne. Mais ce film est une expérience cinématographique. Rien de moins.