- Mon premier est un film chinois vanté par la critique comme un Western moderne sidérant. Au final, on suit un type bourru dans la chine méridionale à la recherche du meurtrier de son frère, repris de justice sans allant. Alors il est question de misère, de corruption, de tableaux douloureux de pauvres gens subsistant dans la crasse et le dénuement. Cela en fait-il un film? Mis à part une scène de fin spectaculaire, le ...film se traine en longueur... Où le cinéma d'auteur atteint ses limites quand la mise en scène et le scénario sont réduits à leur plus simple expression.

Note: 1,5/5, à dégouter le premier venu du cinéma d'auteur asiatique... des scènes poétiques par ci par là dans un océan de lenteur.

- Mon second est un film français narrant le voyage d'un français issu de l'immigration algérienne dans le pays natal de ses parents. D'abord considéré comme un étranger, il fait son trou tandis que son cousin lui vole ses papiers et part pour la France. Un film aux accents authentiques, tentant de montrer une face réaliste et empathique d'un pays trop souvent considéré péjorativement. Les moments d'humour alternent avec des instants plus profonds, le héros réalisant son chemin initiatique avec courage et volonté. Un moment de cinéma plus qu'agréable, avec un Jamel Debbouze sobre et producteur pour un moment sensible et émouvant.

Note: 3/5, l'Algérie comme on ne la voit que trop rarement, si loin mais si proche.

Écrire commentaire

Commentaires : 0