a vu "Mud".

Impressionnante queue devant le "Balzac" pour ce film tant attendu et qui profite à plein de la météo morose du 1er mai. Le réalisateur de "Take Shelter", Jeff Nichols, brosse à nouveau le portrait de personnages atypiques, en décalage avec les raisonnements logiques habituels. Il créent leurs propres règles, et se rattachent à une réalité autre, en harmonie avec leurs valeurs. A y croire toujours plus, ils oublient les contingences de la réalité et mettent en da...nger leurs proches. Fuir le réel peut être un mirage douloureux et trompeur.

Note: 3,5/5, toujours ce rythme hypnotique et lancinant, le réalisateur prend son temps et définit les contours d'une histoire aux allures de rêve d'enfant. L'amitié qui lie le marginal et l'adolescent rappellera les plus belles heures des illusions enfantines de chacun.

-------

Ellis a 14 ans, il vit sur les bords du Mississippi avec ses parents au bord du divorce. Avec son ami Neckbone, ils découvrent une embarcation juchée dans un arbre suite à une inondation. Et avec elle Mud, vagabond lunaire à qui s'attache Ellis. Pour l'aider à retrouver l'amour de sa vie Juniper, il va tout faire.

---

Premier commentaire, mais comment fait-il pour trouver des histoires si décalées, si bien ficelées et si passionnantes? Après le récit d'un homme adulte obnubilé par la peur des ouragans, l'histoire d'un adolescent de 14 ans amoureux de ses idéaux fait chavirer nos esprits béats. Le jeune Tye Sheridan est le vrai héros de ce conte pour adultes et va aller au bout de ses résolutions, quitte à bousculer ceux sui se mettent en travers de sa route (au propre comme au figuré!).

Obnubilé par une croyance toute personnelle dans un sentiment amoureux idéalisé, il décidera d'aider un Matthew McConaughey à la limite du clochard céleste. Toujours aussi convaincant dans sa nouvelle carrière d'acteur qui choisit des rôles transversaux, il illumine le film de son charisme, avec ses mains toujours crasses et sa chemise étrangement immaculée. Le personnage de Mud est boueux, bouseux, voguant tel un ange sur les bords du Mississippi.

J'ai pensé à de nombreux moments à Kerouac et à la Beat generation, celle qui déambulait sur les routes de l'Amérique au rythme des inspirations et au mépris des carcans sociaux. Mud est un outlaw, un marginal, un paumé, un idéaliste. N'existe il finalement que dans l'esprit du jeune Ellis, qui lui donne les traits de ce qu'il souhaiterait être? Libre, habitant à la cime des arbres? J'ai pensé que le jeune ado fougueux se réveillerait finalement d'un rêve... on en est pas loin.

Les quelques longueurs de ci de là se trouvent justifiées dans le dénouement. A creuser la terre et ses personnages, Jeff Nichols affine les contours de sa cosmogonie et donnent à chacun une place nette et cohérente. La musique très country rappelle que l'on se trouve au milieu de nulle part, loin des villes, dans un univers rural où les repères sont différents.

--

Scénario en or, acteurs en état de grâce, résultat implacable. Ne seraient ces quelques longueurs un peu pesantes que l'on toucherait à l'ineffable. Mud est une pépite, recommandée à pleins poumons.