J'ai vu "Mémoires de Jeunesse" (2,5/5). Une histoire de souffrances et de deuil sur fond de WWI. Une jeune femme volontaire et énergique refuse son destin de femme docile pour intégrer la prestigieuse université d'Oxford. Tandis qu'elle succombe aux charmes de son lover Jon Snow, ce dernier s'engage pour combattre ze germans. 


Mémoires de Jeunesse est une fresque romantique remplie de Pathos. De longs plans silencieux succèdent à d'autres plans tout aussi silencieux. Si la jeunesse anglaise est dorée, l'avènement d'un conflit aussi meurtrier va chambouler le quotidien facile de jeunes gens aisés. Adapté des mémoires de Vera Brittain, le film suit son parcours courageux pour rester auprès de ses proches partis combattre. Engagée comme infirmière, elle côtoie la douleur physique des blessés de guerre.


Comme le dirait ma collaboratrice, je ne suis pas vraiment rentré dans le film. Trop de premier degré, trop de souffrance, c'est d'un réalisme troublant mais excessivement plaqué, à mon sens. Le film émeut, bouleverse, bouscule mais voilà, la jeune actrice Alicia Vikander ne m'a pas fait oublier une Keira Knightley qui m'aurait peut être plus touché à sa place. Subjectif, forcément!