a vu "Les amants passagers".

Pitch et avis: film espagnol de Pedro Almodovar, comédie burlesque et haute en couleur, on est loin des ambiances pesantes même si plus ambitieuses de "Volver" ou "La Piel que habito" (que je préfère, personnellement). Ici, tout est léger, sexué, badin. Note: 2,5/5: le moment est agréable, potache, mais vite oublié.

-------

Un avion doit partir d'Espagne vers Mexico. A son bord, un équipage TRES gay, une classe éco profondément endormie et une classe affaires riche en personnages burlesques. Un problème technique force l'avion à dévier de sa route. Les langues se délient, les histoires personnelles agrémentent le vol, et les affinités se créent. Dans une ambiance farfelue et délurée.

---

On était prévenu. Cet Almodovar se veut léger, joyeux, désopilant. Point de propos grave et d'histoires sordides, les états d'âmes et les drames donnent le sourire. En premier lieu, cet équipage très gay et très sympathique. Le trait est TRES appuyé, et on frise la caricature. La subtilité n'est pas de mise, pas recherchée non plus. Ca pourra faire sourire, voire rire, mais j'avoue que le ton très 1er degré lasse à la longue. Quant aux histoires de chaque protagoniste, elles se fondent dans un joyeux bazar où la gravité est sans cesse saupoudrée de légèreté.

Rentré tardivement dans l'univers d'Almodovar (avec "Parle avec elle"), je me suis habitué à la tragédie du réalisateur, car ignorant de ces films comiques du début de carrière. Surprise, donc, et légère déception. Son dernier opus m'avait complètement retourné (comme souvent quand je me dis finalement que j'ai bien fait de ne pas quitter la salle au bout de 20 minutes) et "Les amants passagers" surprendront beaucoup moins. Le ton est à la farce, les acteurs en font des tonnes, ça fonctionne, ça lassera, ou pas.

--

Un Almodovar loin d'être révolutionnaire. La liberté de ton est devenue régulière dans le cinéma d'aujourd'hui, on ne sera donc pas surpris par des scènes qui eurent été impossible il y a 20 ans de cela. Un reflet sociétal, pourrait-on-dire, souhaitable, appréciable. C'est léger, c'est habile. Un bon moment, en somme, ce qui sera déjà fort bien.