a vu "Leones" (3/5). Trip sensoriel entre amis dans une forêt argentine. Ce long périple pourrait paraître ennuyeux, mais un je-ne-sais-quoi d'hypnotique tient éveillé et aux aguets. Pas du tout narratif, le film tangue entre jeux poétiques, tentatives de séduction, marche forcée au milieu des arbres, avec un air de pré-apocalypse.

Pour tout dire, je n'y ai pas compris grand-chose. Ces ados ressemblent aux personnages de "En attendant Godot", leur but est indéfini, leurs pas sont lents et mesurés, ils ont tout leur temps. L'éternité? Sont-ils vivants ou des âmes perdus au milieu du purgatoire? Les indices abondent, une voiture amochée, des liens imprécis, une jeune fille trop sensible car peut-être seule consciente de leur destin tragique.

La caméra effleure ces personnages dans des longs plans-séquences où elle se perd de longues minutes dans le paysage immobile pour les retrouver finalement. L'aspect bucolique contient du tragique et du lapidaire. Les caractères sont à peine discernés, le fond importe moins que la forme.

Exercice de style vain pour certains ou enivrant pour d'autres. Les 1h20 sont une durée optimale pour installer le décor et les sentiments, plus long aurait été pécher.

Écrire commentaire

Commentaires : 0