a vu "Le promeneur d'oiseau" (3,5/5) et "Cristeros" (3/5). Une fable bucolique dans la Chine éternelle et une fresque historique mexicaine, le cinéma du monde est plus que jamais vivant!

- "Le promeneur d'oiseau" est un moment de calme et de tranquillité dans notre civilisation capitaliste trépignante. Une ode au temps qui passe, à l'important dans la vie, aux gens, au présent. Pas d'effets spéciaux pétaradants, juste un grand père et sa petite fille à la recherche du temps perdu.

Ce film ne sera pas le blockbuster de l'année mais diantre! Il mérite 100 fois d'être vu et savouré pour ce qu'il est, une réflexion paisible sur les liens du sang, le pardon, la nature, la vigilance devant le monde qui avance au détriment des choses essentielles.

Nul besoin de résumer ce voyage initiatique avec une fille gâtée et pourrie et son grand père d'un autre temps, ce film mérite juste d'être vu pour bien apprécier le joli voyage offert et ce bouquet de beaux sentiments. Ce moment est rare, et donc cher!

- "Cristeros" évoque la bataille de catholiques fervents du Mexique contre les mesures liberticides d'un président bien décidé à mettre l'église au pas pendant les années 1920. La situation dégénère, les massacres s'accumulent, cette page sanglante et méconnue de l'histoire mexicaine méritait d'être revisitée. Car on nage dans l'horreur la plus pure.

Alors le film est longuet, parfois complaisant, abuse des effets tragiques mais l'essentiel est là. Un peuple s'est battu pour ses libertés et son droit au culte. Ce n'est pas rien. Je ne pense pas que la critique de gauche ait été particulièrement intéressée par ce sujet iconoclaste mais je me jette à l'eau. Ce film est important dans les temps qui courent.

Quand un pouvoir aveugle ne voit ni n'entend les cris d'un peuple, la rébellion est en marche... ça peut s'appliquer à la religion, mais aussi aux moeurs, à la situation socio-économique... there's a storm coming, Mr Wayne...

Écrire commentaire

Commentaires : 0