a vu "Le prochain film" (1/5), "Les apaches" (2,5/5) et "Elysium" une seconde fois (3/5) avec sa fidèle collaboratrice.

La bande annonce de "Les prochain film" laissait présager une exposition savoureuse des turpitudes de la création cinématographique. Ave un Frédéric Pierrot omniprésent depuis quelques films (La guerre est déclarée, Polisse, Jeune et jolie notamment) dans le rôle du réalisateur incompris et vaguement bobo, le film ne décolle jamais vraiment. Apparemment tourné en vidéo numérique, sans vraiment de scénario et des dialogues improvisés, cette promenade tourne un peu en rond. Nonobstant la petite sieste qui en a résulté, cette expérience ciné basé sur le charisme des acteurs sera vite oubliée.

"Les apaches" met en scène une jeunesse corse, entre fils d'immigrés maghrébins et corses de souche. L'intrusion malheureuse dans une villa et le rapt d'un fusil de valeur va créer un engrenage dramatique. Les jeunes acteurs sont épatants, les doutes créent la tension et les malentendus se transformeront en défiance. Le jeune Aziz, pas le plus féroce de tous, sera la victime collatérale d'une sorte de sélection naturelle accélérée. Les images du drame côtoient la dolce vita estivale de touristes en goguette. D'apaches il n'en est que très peu question. Sont-ce les notables corses ennemis d'un pays trop lointain ou ces jeunes désoeuvrés en été? La question reste ouverte.

"Elysium", revu avec plaisir, est décrit par ma collaboratrice comme "pas transcendantal, un peu cliché, divertissant, avec un méchant très cruel". Voilà, un bon moment malgré tout, et quant à moi j'y ai retrouvé mes sentiments initiaux. Une fresque pessimiste sur un avenir de l'humanité catastrophique. Une fois de plus, je le recommande, et vous renvoie vers ma critique plus loin ci-dessous.

Écrire commentaire

Commentaires : 0