vu 2 films de Bergman de plus, les 2 derniers du cycle actuel "Sonates d'automne" et "La Source". 7 films, 7 expériences, je ferai une synthèse prochainement de ce ravissement hors-norme.

"La Source" (3/5) est l'adaptation d'un conte suédois du 14e siècle. Pour faire court, un père venge sa fille violée et assassinée en oscillant ses deux assassins. Tandis qu'il récupère le corps, il fait le serment de construire une église pour implorer le pardon du ciel suite à sa folie vengeresse. Une source se met alors à couler à l'endroit où le corps de la malheureuse reposait. Eclat visuel habituel chez Bergman, plans grandioses sur les visages, fluidité de la narration. L'histoire date un peu mais impossible de passer à côté de ce film.

"Sonates d'automne" (5/5) est un pur chef d'oeuvre tant l'image, l'histoire, les acteurs, la narration, l'émotion et la relation mère-fille forcent le respect. Pas vues depuis 7 ans, une mère accepte l'invitation de sa fille. Les rancoeurs enfouies, les malentendus remémorés, les lourds silences, ce film est un déferlement de passions qui s'étalent au grand jour. Les deux actrices sont au paroxysme de leur talent. La magnifique Liv Ullmann est enlaidie à dessein, la déesse Ingrid Bergman (celle de Casablanca, ouioui!) joue une mère de famille rongée par le temps, leur association est un volcan de frémissements qui n'attendent que de se déverser dans un magma bouillonnant. Pas une expérience cinématographique de tout repos, plutôt une énorme claque tant les performances de deux divines frôlent le sublime. Ou quand les relations familiales engendrent inexorablement de la haine... c'est triste.