Petite séance de la journée, "La rage au ventre" (2/5). Jake Gyllenhall donne tout ce qu'il a dans le bide dans cette caricature du rêve américain, de la chute à la rédemption. Les 30 premières minutes sont difficilement supportables avec une accumulation de poncifs mal dégrossis mais la rédemption a un petit quelque chose de touchant. Je comprends mieux pourquoi le film passe dans très peu de salles à Paris...

Performance surprenante d'un Jake bien trop empâté pour jouer un boxeur, même s'il s'en sort plutôt bien. Y a qu'à regarder son opposant dans le combat final, bien plus affuté physiquement que lui, sans graisse inutile et avec une allonge de bras bien plus efficace. Je ne parlerai même pas de sa position dans les combats initiaux, ses victoires sont de pures affabulations. Jake ressemble presque à un cachalot face à ses adversaires. Tout le monde ne peut pas se prendre pour Sugar Ray Robinson...

Performance physique certaine après un Night Call où il était famélique. Mais le film sera vite oublié...