a vu "La frappe" (3,5/5), film sud-coréen récent mais inconnu qui ne fera pas beaucoup d'entrées. Je vois rarement un film tout seul dans une salle... mais ça arrive, la preuve. Pourtant ce surprenant film sur l'adolescence fait nager en plein mystère, accumulant les dialogues coupés, les aller-retours temporels et les ellipses. C'est fascinant. L'épais brouillard n'aboutira à aucune réponse claire, se contentant de multiplier sans fin des thèses éparses. 

 

Un adolescent est mort. Son père rencontre ses deux meilleurs amis pour essayer de comprendre les raisons du drame. Le film tente de résumer la dernière année de la vie de Ki-tae, laissant au spectateur le soin de renouer le fil de l'histoire pour y trouver un sens.

 

J'adore les films qui n'offrent pas les clés de l'énigme sur un plateau. Pas de facilité ni de complaisance et il est bon de se sentir perdu. Dans une ambiance faite de non-dits et d'impasses, il faut prendre son temps, se laisser porter, accepter les limites du film pour mieux en apprécier l'atmosphère. 2 heures de doute, mais ce sentiment final d'avoir regardé une vraie oeuvre originale.

 

Les 3 héros adolescents se côtoient, plaisantent, se battent, se réconcilient, se perdent. Dans le désordre et tout mélangé. On se prend d'affection pour ces petits hommes à l'aune de leur âge adulte. Il y a le chef de gang retors et orgueilleux, le meilleur ami qui prend ses distances et la tête de turc qui accepte son sort sans mot dire. Les liens entre les trois seront bien plus compliqués qu'il n'y parait initialement. 

 

Homosexualité? Amitié trompée? Rapport de force? Il doit y avoir un peu de tout ça avec toujours ces regards qui en disent long et ajoutent tant de dimensions supplémentaires. Les secrets seront bien gardés et tant de dialogues n'aboutiront pas à une résolution de l'énigme. Mais qu'importe finalement, l'important n'est pas la destination mais le chemin. Et quel beau voyage offert par ce jeune réalisateur. Vivement la suite de sa carrière!

Écrire commentaire

Commentaires : 0