a vu "La fille de nulle part", film français intimiste qui n'a pas du faire beaucoup d'entrées, note: 2/5 parce que c'est pas si mal mais pas non plus l'hallu.

Un prof de mathématiques à la retraite héberge une jeune paumée victime des hommes. Une intimité se crée tandis que le vieux bougre rédige une "analyse critique des croyances", à laquelle la jeune Dora s'intéresse. Des phénomènes paranormaux font penser à Michel que la jeunette est la réincarnation de sa défunte épouse. 

Jean-Claude Brisseau, tant décrié pour ces soi-disants penchants libidineux avec certaines de ses actrices, remet au gout du jour l'économie de moyens dans le cinéma français, avec une trame quasi artisanale, non sans charmes, mais avec relativement peu d'ampleur. Les discussions philosophiques au sujet de la place de Dieu dans la vie des hommes, les apparitions mystérieuses d'esprits recouverts de draps, les dialogues sermonnés sur des tons un peu apathiques, ça ne manque pas de charme, et on a envie de connaitre le dénouement de cette romance pudique (oui oui) et platonique (si si). 

Un film plein de charme donc, malgré les maladresses (les draps, justement), les longueurs (parfois, c'est looong) et le relatif manque d'intérêt d'une histoire un peu tarabiscotée.

Un film français, quoi, qui a le mérite d'exister et de démontrer qu'un film peut se faire, avec une certaine dose de talent et une technique éprouvée du cinéma. Pas critiquable, donc!