a vu "La cage dorée".

Centré sur la communauté portugaise, celle qui assure les ménages et supervise les chantiers, laborieuse et dure au mal, avec une nouvelle génération hésitante entre renier les racines et assurer la continuité des traditions, ce film flirte avec des poncifs éculés - morue à tous les étages - sans toutefois tomber dans la caricature. Le ton est continuellement léger, et on rit assez volontiers lorsque les quelques blagues grasses - Chantal Lauby s'essayant à l'accent portugais, ouich - prennent au dépourvu.

Prototype de la comédie familiale sans prétention, les bons sentiments et des acteurs alternant avec dextérité légèreté et gravité rendent ce film sympathique et finalement émouvant. Je garde certes un souvenir attendri d'un long week-end passé à Lisbonne avec la découverte marquante du Fado et de l'authenticité des gens, ce qui pourrait biaiser mon jugement, mais une note de 2,5/5 est amplement méritée tant le détricotage du jeu des apparences et des rapports de force maitrise/servitude sont habilement amenés. Un bon moment, que demander de plus.

Écrire commentaire

Commentaires : 0