a vu "L'odyssée de Pi".

Précédé de la réputation plus que flatteuse d'un ouvrage décrit comme enchanteur, iconoclaste et novateur, le film se devait de retranscrire en images ce monde singulier et bouleversant. 

Le jeune Pi (à vous de découvrir l'origine de ce prénom si savoureux) quitte son Pondichéry natal pour suivre sa famille et le zoo familial au Canada. Une catastrophe coule par le fond le cargo laissant le jeune rescapé sur un canot en compagnie d'un tigre et d'autres animaux. S'en suivra une odyssée magique par delà les mers du Pacifique.

Symbole de la quête de soi-même par delà les obstacles de l'existence, le film est une suite de métaphores. Je n'en ai pas encore saisi toutes les significations, mais une moulinette à réflexion autant qu'un plaisir narratif et visuel s'activent rapidement. Une sorte de film total sans repos ni retour. On s'embarque avec le jeune Pi dans ses aventures avec la question chevillée au neurone, mais que va-t-il encore lui arriver dans la scène d'après?

Les émotions s'enchainent continuellement, bouleversantes, tendres, touchantes,et cruelles parfois (mon bras saisi d'effroi plusieurs fois par mon assistante s'en souvient encore). Le trop plein de bons sentiments peut guetter, la lassitude aussi, c'est alors qu'il faut se souvenir que l'équilibre entre enchantement et mièvrerie est fragile, et qu'après la nuit la plus noire vient l'aube.

Au final, un film qui marquera par ses scènes puissantes, son humour quelquefois irrésistible, et cette impression persistante que cette odyssée n'est vraiment pas comme les autres.