Des hommes se retrouvent sur une plage au bord d'un lac indéterminé. Pour bronzer, se rencontrer, s'aimer. Rencontres aussi brèves que primitives, pour le plaisir de chacun. Franck est l'un d'eux. Il croisera Henry, ancien naturiste rangé des garages, et s'éprendra de Michel. Mais un homme s'est noyé dans le lac, et les soupçons fleurissent... Film avant tout contemplatif, aux images épurées, avec des apparitions brutales mais clairsemées de la chaire. Un crime au paradis, évoqué sur un rythme hypnotique et une mise en scène minimaliste. Note: 3/5.

 

---

 

Buzz significatif de la semaine sur les médias culturels parisiens, pour cette affiche refusée dans certaines villes (et je dirais, ils font ce qu'ils veulent), pour ce film plein d'épure aux apparitions soudaines des attributs masculins (on aura été prévenu), pour cette belle évocation plein d'érotisme et sans pornographie (déconseillée aux moins de 16 ans).

 

L'homosexualité mise en scène avec cette retenue de celui qui ne juge pas mais ne passe rien sous silence devient naturelle, non ostentatoire, sans ce statut de danger pour la société qu'elle a trop souvent. 

En restant confinée à une plage à l'écart, elle ne se cache pas mais n'impose rien à ceux qui ne veulent rien voir. 

 

Le danger ne vient pas de l'extérieur, de la répression ou de la chasse, mais de son coeur. L'homme est un loup pour l'homme, quelque soit ses engeances. Imprévisible dans un tel contexte idyllique, la mort rode et menace ceux qui s'en sentent préservés en restant en vase clos. La carte postale paradisiaque devient terrain de chasse à l'homme, pour le plaisir toujours, mais que d'un seul, prisonnier de ses instincts de prédateur.

 

Le thriller atteint le palier de l'angoisse, les paroles se font craintives; la paranoïa gagne ces anges déchus. Le résultat est somatiquement inquiétant, toujours hypnotique.

 

--

 

Note: 3/5, un beau film sur le désir des corps, non conseillé aux réfractaires des rapports homme/homme, et pourtant si cinégénique pour qui se concentre sur l'aspect cinématographique du tout.

Écrire commentaire

Commentaires : 0