a vu "Homefront" (2/5). Statham casse la figure à plein de White trashs qui sentent la consanguinité et la drogue frelatée à plein nez. 

Le scénario, très original, suit une voie immuable:
- Jason est un flic, un vrai, un dur. Il participe activement à l'arrestation d'un pourri qui sent l'oeuf moisi. Le rejeton de ce dernier est bardé de pruneaux par les cops, le père jure qu'il pètera la gueule de Jason un jour.
- Le sentiment du devoir accompli, Jason décide de prendre l'air à la campagne avec sa fille, loin des tumultes de la cité, au repos, là où personne ne tentera de lui chatouiller les narines.
- Un jeune pécor cherche des noises à la fille de Jason et se fait péter la gueule en retour. Les parents sont très mécontents et invectivent Jason. Lui ne se démonte pas et ne sachant pas quoi faire d'autre, il péte la gueule du père du pequenaud.
- Le péquenaud est marié à une folle histérique qui se shoote au petit déjeuner et dont le frère est une sorte de Keyser Soze local, sosie de James Franco. Ce dernier prend les devants et kidnappe le chat de Jason. Ca va barder.
- Jason ne peut plus sortir de chez lui sans devoir péter la tronche à tout le monde. Il est vénèr et comprend qu'il va devoir sortir le bourre pif pendant encore longtemps.
- Une bande de motards assoiffés de sang viennent péter la gueule de Jason.¨Pas de chance, Jason leur défonce la tronche. Mais sa fille est kidappée par une prostipute qui ressemble furieusement à Wynona Rider.
- Scène finale, le sosie de James Franco est étalé sec par un Ippon-Ken-Zuki furieux de jason. 
- Jason va en prison rendre visite au méchant initial et lui dit qu'il l'attendra à la sortie pour lui péter la tronche.

Voilà, c'est frais, délicat, chatouillant. Un film pour les fans de Fumi-Zuki ou de Mawashi-Ushiro-Geri.