a vu "Gerontophilia" (3,5/5). Cette histoire d'amour entre un ado et un senior de 81 ans avait tout pour me repousser, tout choqué que je suis encore par le visionnage récent de "Gloria" avec ses seniors dénudés. Mais non, Bruce LaBruce (quel nom!!!) fait preuve d'une sensibilité redoutable pour offrir un tableau tout en nuances d'une relation inédite. C'est beau, c'est touchant.

 

Le jeune Lake traine sa carcasse dans un canada perpétuellement réfrigéré. Entre sa girlfriend révolutionnaire dans l'âme et sa mater un peu paumée, il trouve un travail dans une maison de retraite. Il découvre peu à peu un intérêt original pour les rides et les cheveux blancs. Sa rencontre avec Melvin, jeune homme de 81 ans, va finir de le convaincre de sa grande empathie pour le 3e âge.

 

Sujet a priori quelque peu repoussant, la gérontophilie génère des images crues et un peu morbides dans les esprits juvéniles. Mais Lake est un personnage transversal, au-dessus de la mêlée, insensible aux règles édictées par la société. Son obsession croissante pour les personnes âgées trouve un terrain idéal dans la résidence "Coup de coeur" et plus particulièrement auprès de Melvin. De parties de cartes en gin-tonics, leur relation se fait de plus en plus proche...

 

Le kidnapping du vieil homme par son cadet afin de lui rendre la liberté a tout de l'acte révolutionnaire réclamé quotidiennement par la girlfriend Désirée. Acte d'indépendance définitif contre les carcans édictés par une société puritaine et normée. Bruce LaBruce en dit beaucoup plus que ce que l'histoire ne veut le montrer. Le jeune acteur jouant Lake personnifie magnifiquement l'homme qui a brisé les chaines. Lake est un anarchiste individualiste, son charisme fascine. Il pourrait dévaliser une banque qu'il n'en serait pas plus radical. Lake est l'homme libre caché en chacun de nous, mais qui lui parvient à assumer ses objectifs de vie. 

 

Pas sûr que ce film touche un public très large mais qu'importe, il faut le voir pour le croire.

Écrire commentaire

Commentaires : 0