A vu « Fruitvale Station » (4/5). D’un fait divers tragique, Ryan Coogler en a tiré un très beau portrait de jeune homme tiraillé entre sa volonté de bien faire et son dark side. Passé par la case prison, le jeune Oscar Grant prend la résolution d’arrêter les conneries et de s’occuper de sa fille. Le garçon sera abattu (par accident ?) par la police, incitant les quartiers à exprimer leur colère. Tiré d’un fait divers véridique, ce film est d’une tristesse sans fond…

Grand vainqueur du dernier festival de Sundance, ce film est un compte rendu factuel et sans faux semblants d’une réalité tragique. Sans emploi, jeune père (Oscar n’a que 22 ans), embourbé dans ses business, il est un reflet parfait du mal être d’une jeunesse en marge, sans perspectives et sans avenir. Ce sentiment d’éternel présent englobe tout le film, collé à un quotidien miteux où surgissent ponctuellement des raisons d’espérer. Des rencontres, des émotions, un anniversaire…

Michael B. Jordan livre une prestation impeccable de jeune homme « qui a la rage ». Capable de passer en une seconde de la joie au ressentiment, il empreint tout le film de sa fragilité et de sa capacité à foncer malgré tout. Ce film ne rencontrera hélas pas un succès public mérité, c’est bien dommage… les choses sont mal faites.