a vu "Don Jon" (3/5) avec son assistante experte en films olé olé. Un jeune playboy aspirateur à nanas doit remettre en cause son mode de vie pour ne pas perdre la bellissima Scarlett Johansson. Mais le peut il, et surtout le veut il?

Soyons clair: ce film est caricatural et simpliste à l'excès. Ce parti pris est-il délibéré, là est la question. Mon assistante pense que le bogoss Joseph s'est fourvoyé et flirte avec la misogynie voire la mort cérébrale. Je subodore au contraire une tentative de faux teen movie en plus intelligent. Là où le teen movie recherchera la pochade à tout prix, Joseph utilise ses codes bien connus pour les détourner à sa manière et tenter l'analyse cash des méandres de l'esprit masculin. 

Une fois ce débat clos, reste l'intérêt d'une telle démarche. Mon voisin sexagénaire et célibataire prenait son pied devant l'avalanche d'images un peu super hot. Mon assistante s'est un peu ennuyée, fatiguée par l'accumulation de clichés. Quant à moi, gardant toujours en tête la filmo du Joesph, j'y ai vu un détournement astucieux des codes du teen movie. Le ton est adulte, franc du collier, sans compromis. Radical. Cela ne suffira certes pas à en faire un chef d'oeuvre, mais il est intéressant de voir ce qu'on peut faire de bon avec des clichés futiles et superficiels.

Et puis Scarlett sera toujours Scarlett...