Guide d'utilisation du sex toy dans une usuelle crise de couple? Analyse de l'impact du sex toy dans la possible résolution de la crise économique et sociale actuelle? Pochade grasse et vulgaire avec des images crues sur l'utilisation lambda du sex toy? Rien de tout cela. Ce film de et avec Eric Pittard est un drame pudique et dramatique où le sex toy ne joue qu'un rôle annexe.

 

---

 

Eric est reporter, en couple avec Leila. Le jour où Eric apprend qu'il a une leucémie, sa vie change du tout au tout. Sa lutte contre la maladie, sa relation avec Leila, son regard sur l'existence, Eric parle de tout ouvertement en se filmant, avec des flashbacks sur des moments de sa vie. Ce passage difficile lui fait s'intéresser aux misères du monde et les luttes sociales vitales d'une classe ouvrière laborieuse en déclin, au delà de sa propre souffrance. Sa vision personnelle évolue vers une thèse sociale pleine de sensibilité.

 

--

 

Je ne m'attendais pas à une comédie poilante, la bande annonce m'avait prévenu que le sujet serait plus grave que ce que le titre aurait pu laisser penser. Mais tant de sensibilité laisse songeur, tout au long d'un développement qui s'adresse aussi bien à l'empathie qu'à la réflexion. Le héros, la cinquantaine, légèrement antipathique parce qu'à tendance atrabilaire, en montrant ses forces et ses faiblesses, se met à nu, et en profite pour décrypter les pensées de gens oubliés, qui ont lutté comme lui lutte contre la maladie mais n'y pensent plus guère. Un passage de témoin sans retour ne justifie plus le recours à la lutte, la révolution a vécu et ne reste.. que l'attente.

 

Eric attend, le résultat des traitements, la possible rémission  qu' aucun médecin ne s'engage à lui promettre. En mêlant habilement images personnelles sur l'évolution de son état ainsi que la langueur qui s'empare de lui, avec des sujets sociétaux (grèves, la fin de la lutte), le film touche au plus profond la conscience humaine. Se sentant isolé face à la cohorte des gens "qui vont bien", Eric se met du côté des oubliés, sacrifiés sur l'autel du capitalisme.

 

Son propre cas personnel de maladie du sang - authentique et vécu - souligne d'autant plus les témoignages de personnes qui témoignent à coeur ouvert. Un sentiment profond d'empathie se dégage de ce film dur mais sincère, à la nécessité criante. Pas beaucoup de monde dans la salle.... c'est bien triste.

 

--

 

Note: 4/5, le passage d'un scepticisme plein de doutes à un enthousiasme débordant me fait dire que ce film a une qualité cinématographique incroyable. Mi-documentaire, mi-témoignage, il touche... très fort.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    parisbyb (mercredi, 29 mai 2013 21:05)

    Le mélange entre documentaire et vie fictive me laisse sceptique...