a vu "Dans la tête de Charles Swan III" (3.5/5). Ovni cinématographique de la semaine, le nouveau film de Roman Coppola sera haï ou adoré. La trame de l'histoire est mince comme une aile de papillon et l'intérêt principal réside dans le savant mélange réel/virtuel avec moult effets visuels et mises en scène barrées. Fantasmagorie chatoyante ou vain exercice de style? Peut-être faut-il avoir une tendresse toute particulière pour Charlie Sheen afin d'apprécier la mayonnaise fou...traque.

--

Charles Swan III est un graphiste de génie et séducteur patenté. Tandis que sa dernière conquête le quitte, un maelström sans nom assiège son cerveau tout retourné. Il considère avoir perdu la femme de sa vie, plus rien ne sera jamais comme avant.

--

Associé à des nombreux films de Wes Anderson et de Sofia Coppola, Roman n'avait jusque-là réalisé qu'un seul film en son nom propre: "CQ" en 2001. Profondément marqué par ce film barré qui mérite un (re)visionnage, avec une BO sublissime, je ne m'attendais à rien moins qu'un film déconnant. Et je n'ai pas été déçu. L'esprit "A bord du Darjeeling limited" ou "Sur la route" hante le film. Pas de prise de tête dans la cohérence des scènes, toute logique est superflu, et c'est ça qui est bon.

La savante alternance de n'importe quoi et de longues plages de calme contemplatives créent une magie toute particulière. Et les prestations d'un Charlie Sheen revenu d'entre les morts et de poulains de l'écurie (Bill Murray, Jason Schwartzman) densifient le bazar ambiant. Charlie se la joue "Hot Shots 2" ou "Dans la peau de John Malkovitch" et on en redemande. Totalement halluciné 80% du temps, le regard figé derrière ses Pilots immanquablement vissées sur le nez, il est la poutre du film.

Les lectures parcourues de ci de là critiquent la trop grande liberté prise sur le concept filmesque et les trop grandes longueurs. Pour ma part, je salue la liberté totale prise par un Roman déchainé et les longueurs introspectives salutaires pour ne pas saturer trop vite. Beaucoup de cinéastes devraient prendre exemples sur cette tentative réussie de destruction méthodiques des carcans. Un vent d'air frais souffle sur Hollywood. La famille Coppola est juste redoutable.

--

Note: 3.5/5, que dire d'un film si barré et halluciné? On adore ou on déteste.

Écrire commentaire

Commentaires : 0