a vu "Comme le vent" (2,5/5), film italien sur une femme forte qui s'enfonce dans la solitude et la désillusion. Belle prestation de la belle Valeria Golino, dans le rôle d'une responsable de l'administration pénitentiaire, dépassée par la lutte contre la Mafia.

Le cinéma italien connait ce thème récurrent de la lutte anti-mafia et pour une fois une donzelle prend les devants. Etalé sur une durée d'environ 15 ans, on suit l'itinéraire tortueux d'une jeune femme cabossée par les coups du sort et la difficulté de son quotidien. Univers d'hommes parfois sadiques et souvent durs, Armida Miserere se blinde jusqu'à se couper de ses proches et de ses rêves.

Existence aride qui laisse un gout amer, on est déboussolé par tant de dévotion à la loi au détriment d'elle même. Régulièrement menacée de mort, confrontée à la perte brutale de ses proches, elle surnage mais coulera comme une pierre dans l'océan. Dure au mal et forte face à un destin contraire, sa fragilité l'engloutira.

Histoire touchante, qui plus est italienne (ce qui ne gâche rien, ah cette langue chantante!) aux acteurs sérieux. C'est néanmoins limité car il n'en restera pas grand chose. Un bon moment, à sens unique.

Écrire commentaire

Commentaires : 0