a vu "Blancanieves".

Les circonstances tragiques de la naissance de Carmen vont marquer le reste de son existence. Privée très tôt de ses parents, elle échoue chez sa belle-mère acariâtre à qui elle échappera grâce à son caractère en acier trempé et sa détermination. La rencontre d'une troupe de nains forains et la confirmation de ses talents de torrero lui apporteront la consécration. Mais marquée du sceau de la tragédie, le happy end traditionnel ne lui sera pas accordé, irrémédiablement.
Traduction espagnole de "Blanche-neige", Blancanieves est un conte cruel loin du monde de l'enfance. Le choix du noir et blanc, et l'utilisation du muet, donnent la couleur. Les visages reflètent l'honnêteté ou le mensonge de personnages clairement marqués. La musique espagnole, flamenco ou de corrida, et omniprésente et souligne les ambiances en accentuant la dramaturgie.
Certaines scènes frisent la perfection mais difficile de maintenir le rythme sur la durée d'un film sans dialogues, et des longueurs laissent au final un avis partagé. Un conte pour adultes qui laisse sur sa faim. 
Mais qu'il est beau ce regard, plein de tristesse et de profondeur.