Belgica (3/5) signe le retour tant attendu de Felix Van Groeningen dans sa Belgique éternelle. Après le coup de poing "La Merditude des Choses" et le charmant "Alabama Monroe", son Belgica marque une nouvelle étape dans sa filmographie. L'histoire de 2 frères embarqués dans la gestion d'un club multiplie les musiques trépidantes et les situations tendues et renvoie à l'expérience personnelle du réalisateur dans sa ville natale de Gand.
 
La découverte du célèbre adage Sexe, Drogue et Rock'n'Roll ne se fait pas sans débats collatéraux pour les 2 héros. Des scènes oniriques de soirées débridées cohabitent avec des règlements de compte plus délicats qui laisseront quelques fractures dans le petit groupe d'amis.
 
Film plus direct que ses prédécesseurs, Belgica fascine par l'évocation des spécificités très belges. Lsur habitude d'insérer de l'anglais à tout bout de champs rappelle les films canadiens. Des gens étranges que ces belges
Critique complète ici: http://publikart.net/belgica-un-film-gueule-de-bois-belge/