a vu "Aujourd'hui" (Tey).

Dakar, le Sénégal, Satché doit mourir aujourd'hui, sans que la raison ne soit jamais évoquée ni précisée. Tradition ancestrale, rite familial ou local, le pourquoi importe peu devant la liesse de la communauté et les encouragements de tous. Une journée se déroule alors, la dernière, où Satché vit ses derniers instants entre peur et sérénité, espoirs enfouis et temps perdu, moments de partage et lucidité du moment présent.

L'intérêt des cinémas étrangers est d'offrir une palette d'émotions qui, parce qu'inhabituelles, abolissent les repères usuels et demande à se plonger dans des cultures aux senteurs, couleurs, comportements qui peuvent fasciner ou rebuter mais ne laissent pas indifférents. Ma démarche initiale était de savoir pourquoi, à notre époque, une communauté peut choisir de sacrifier un des siens, réflexe peut être logique et occidental. Mais, petit à petit, ce fil blanc n'a plus eu d'importance, emporté que j'ai pu être par ce quotidien bruyant et coloré, et pour tout dire fascinant.

Un scénario finalement avant tout prétexte, des étapes quasi initiatiques qui nous révèlent petit à petit qui est ce Satché à la fois victime consentante et acteur de son destin, et une belle découverte humaniste sur la différence et l'universalité de l'introspection, par delà les âges ou les continents.