a vu "Au bout du conte", film français d'Agnès Jaoui, énième variation sur les turpitudes d'être humains en détresse, note: 1/5 parce que ce n'est tout simplement plus ma tasse de thé.

L'histoire une jeune femme à l'écoute des signes du destin et à la recherche du prince charmant, sa tante comédienne ratée, le potentiel prince charmant compositeur de musique classique, son père gérant d'auto école un peu atrabilaire.
Ce dernier connait la date de sa mort, communiquée par une voyante. A son corps défendant, il se met à y croire.

L'association Bacri/Jaoui commença il y a bien longtemps en 1992 avec deux pépites nerveuses et enlevées, "Cuisine et dépendances" et surtout "Un air de famille" en 1996. Deux films sans temps mort, avec des réparties cultes et des acteurs à la justesse incroyable. Il me semble, avis personnel, que nos deux acolytes tentent depuis de reproduire, sans grand succès, la formule magique. Mais à trop creuser le sillon sans tenter de réellement se renouveler, viennent la lassitude et l'ennui.

Les scènes drôles sont quasi totalement reprises dans les très réussies bandes annonces. La laïus de Bacri sur la pénibilité des enfants, irrésistible, est une goutte d'eau dans un océan de répliques qui tombent à plat. Hélas. Mais voir la multiplication des scènes sans relief et sans allant me peine quand on connait le talent conjugué du vieil aigri (vu dans "Le gout des autres" ou "Un air de famille") et de la passionaria idéaliste. 

Voilà, le film pourra probablement trouver son public, les vieux habitués et les fans inconditionnels. Qui sait...