Souvenirs de cinéma

#SouvenirsdeCinéma
Un certain nombre de films ont jalonné mon histoire de cinéma récente avec ma collaboratrice. Des discussions, des coups de coeur, des coups de gueule, voici un petit panorama de cinéma contemporain.
 
- Musée Haut/Musée Bas: qu'il soit bon ou mauvais, le premier film vu ensemble reste marquant pour l'éternité. En l'occurrence, ce n'est pas un souvenir de ciné inoubliable...
- District9: parce que l'accent afrikaner du héros pied nickelé, parce que cette histoire d'immigration venue de l'espace et d'aliens parqués dans les townships, parce que son dénouement incroyable... un film qui nous a laissés sur le cul.
 
- La princesse de Montpensier: parce que Mélanie Thierry qui interroge Lambert Wilson "et l'amour avec l'envie"? Un grand souvenir.
 
- The Housemaid: une femme de ménage perverse s'incruste dans une famille coréenne barrée et plus déjantée qu'elle. Un grand moment de perversion.
 
- Ballada Triste: je n'aime pas les fins d'horreur et pourtant ce Ballada Triste ne manque pas de scènes trash. Un grand moment d'interrogation de ma collaboratrice sur ma schizophrénie...
 
- La Piel que Habito: Le film d'Almodovar surprend et perturbe. Un homme transformé en femme, ce n'est pas anodin...
 
- Take Shelter: Michael Shannon a peur des ouragans, il commence à perdre les pédales. Un grand moment d'hystérie.
 
- Anna Karenine. Aaron Johnson pour ma collaboratrice, Keira Knightley pour moi, les moments de crush pour des acteurs/actrices sont si rares...
 
- Les Misérables: Anne Hathaway qui chante "... I had a dream my life would be so different from this hell I'm living..." Torrent de larmes partagé...
 
- Jappeloup: l'histoire si particulière entre un cheval et son cavalier... pour une ex-cavalière, ce n'est pas anodin!
 
- La vie d'Adèle: un film puissant, quoiqu'on en dise... 3h en apnée.
 
- Transperceneige: une adaptation jubilatoire de la BD avec une Tilda Swinton habitée. Keep your place!
 
- The Lunchbox: une comédie indienne qui fait plaisir et décroche immanquablement des sourires. Auntiiiiiiie!
 
- Nymphomaniac: le premier volet est loin de sa réputation sulfureuse. Intrigue intellectuelle qui fait penser et repenser.
 
- Saint Laurent: l'attribut de Gaspard Ulliel aperçu au détour d'une scène est-il réel ou un accessoire? Grande question... et puis cette scène où Saint Laurent aperçoit un Louis Garrel sexy en diable. Pas un film parfait mais des fulgurances inoubliables.
 
- The Riot Club: des jeunes richards qui torturent un quidam... un film hautement putride sur une jeunesse dorée coupée de toute réalité.
 
- Inherent Vice: un rare film où nous avons quitté la salle de peur de nous endormir... ça arrive...
 
- Mustang: un bon exemple de film où j'ai poussé ma collaboratrice a priori pas intéressée pour un ravissement final inattendu. Content de moi j'étais!
 
- Mon Roi: un grand film avec un sentiment final partagé et un même enthousiasme congugué. Pas si rare que ça, mais là, c'était l'euphorie.
 
- L'hermine: Luchini qui réplique "je sais pas... peut être que je te manque..." en faisant la moue. Crush immédiat.
 
Et vous, des souvenirs de ciné que vous voulez partager?

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0